En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres.

Nantes : une collection régulièrement enrichie

Depuis 1955, cinquantenaire de la mort de Jules Verne, son œuvre fait l'objet d'une mise en valeur spécifique au sein du Centre d'études verniennes et du musée Jules Verne de la Bibliothèque municipale de Nantes.

Rassemblement systématique et régulièrement enrichi des œuvres de Jules Verne et des études le concernant comme des multiples "produits dérivés" qu'il a inspirés, la collection a en outre bénéficié de la générosité de donateurs, dont la famille Verne.
En 1966 les héritiers de Maxime Guillon-Verne, descendants de sa plus jeune sœur, ont fait don à la Ville de Nantes d'un important ensemble de correspondance, particulièrement intéressante pour la connaissance de ses premiers essais littéraires.
Grâce à Jean Jules-Verne, son petit-fils, le musée s'enorgueillit de présenter des meubles de son salon à Amiens, son globe terrestre et sa boîte de compas.

Son arrière-petit-fils Jean Verne a souhaité s'inscrire dans la même tradition familiale, et transmettre à la Ville de Nantes, à l'occasion de l'année Jules Verne, les objets, documents et archives ayant appartenu à l'écrivain ou relatifs à son œuvre qui sont toujours en sa possession.

L'active politique d'achat mise en œuvre par la Ville de Nantes conforte régulièrement l'importance de la collection. Les affiches et cartonnages Hetzel proviennent de l'acquisition en 1971 de la collection de Joseph Laissus, président de la Société Jules Verne de 1966 à 1969. En 1981, 95 manuscrits des œuvres de Jules Verne furent acquis auprès de ses héritiers. Le dépôt des manuscrits de L'Ile mystérieuse, De la terre à la lune et Autour de la lune remis en dation à l'Etat et des achats viennent régulièrement compléter cet ensemble. Ont ainsi été acquis en 2004 la carte de l'île Lincoln, dessinée par Jules Verne lui-même pour L'Ile mystérieuse, et une longue lettre de jeunesse dans laquelle, sur un mode burlesque, il déconseille le mariage à un ami.