En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres.

Les dompteurs de l'or

Paul d'Ivoi. Les dompteurs de l'or
Paris, Boivin et Cie, [1913]
452 pages. Ouvrage illustré de 80 gravures dans le texte et de 20 grandes compositions hors texte d'après les dessins de Henri Thiriet

Paul Deleutre (1856-1915) fut journaliste au Figaro puis collabora au Journal des Voyages dont il sera l'un des piliers avec Louis Boussenard, et au Petit journal, sous le pseudonyme de Paul d'Ivoi. Il publie entre 1894 et 1914 les 21 volumes qui composent les Voyages excentriques. Dans cette série populaire, destinée à la jeunesse et publiée chez Boivin et Cie, Paul d’Ivoi exploite la veine des Voyages extraordinaires dont Jules Verne avait assuré le succès : instruire en distrayant, découvrir le monde à travers les aventures de leurs héros. Comme Jules Verne il ose des inventions extraordinaires et fait des extrapolations. Les similitudes entre les deux œuvres se lisent jusque dans l'aspect des ouvrages : collections spécifiques, richement illustrées et cartonnées.
Avant-dernier roman de la collection des Voyages excentriques, Les dompteurs de l'or reprend les thèmes de la modernité, de la science colorée et fantaisiste mais néanmoins mêlée d'angoisse (des aéronefs sèment la mort par des nuages réfrigérants) illustrés en couverture : un grand dirigeable survole une ville en bord de mer - San Francisco - où se côtoient des gratte-ciel.